Page santé (Jean-Paul)

Aide médicale 

  • Votre médecin de famille est votre réféfence. Il peut vous aider dans beaucoup de cas et connaît le mieux votre situation. 
  • Le dossier médical global, tenu et alimenté par votre médecin traitant, reprend tous les éléments de votre situation médicale au fil du temps. Non seulement il est un véritable outil d’informations sur vos suivis médicaux, tant pour vous que pour le corps médical qui vous encadre, mais il vous permet également de bénéficier de remboursements de prestations plus importants auprès de votre mutuelle. Celui-ci est gratuit car intégralement remboursé par votre mutuelle. Il est ouvert par l’intermédiaire de votre médecin traitant lors d’une consultation. Renseignez-vous auprès de votre médecin traitant et de votre mutualité pour les avantages qui y sont liés.
  • Concernant les médicaments : ne pas pratiquer d’automédication, garder ses médicaments à l’abri de la lumière, de l’humidité et de la chaleur, respecter les dates de péremption. A retenir : le pharmacien peut à certaines conditions apporter vos médicaments à domicile.
  • Vous pouvez contacter le centre de coordination de votre mutuelle, ou dans le cas de maladies graves, le centre de coordination de l'hôpital où la personne a été soignée.
  • Problèmes de mémoire ? Contacter au 081/42.33.21 la Clinique de la Mémoire au CHU de Mont-Godinne.

Aides financières des Mutuelles

Aides financières, via les Mutuelles : les remboursements par la mutuelle (le MAF, maximum à facturer, les forfaits maladies chroniques…?)

  • B.I.M : Bénéficiaire de l’Intervention Majorée

    Ceux qui dépendent du CPAS ou ont une Allocation pour Personne handicapée sont automatiquement bénéficiaires ; pour ceux qui estiment avoir trop peu de revenus, une enquête sera faite. Être B.I.M permet de bénéficier d’avantages sociaux pour les soins de santé, les hospitalisations, le téléphone, le gaz, l’électricité, le chauffage, les transports en commun, les poubelles…
  • Les services sociaux des mutuelles peuvent vous fournir des informations quant à l'aide qu'elles peuvent apporter aux aidants proches dans le cas de maladies graves comme les cancers, la maladie d'Alzheimer, la Sclérose en Plaques, etc...

    Les aides peuvent aller jusqu'à 

    une surveillance du patient pendant votre absence
    un accueil de jour pour vous permettre de prendre des vacances
    un séjour de "respiration" où, avec le patient, vous bénéficier de tous les soins infirmiers dans un hébergement spécialisé sans vous soucier du quotidien.
    etc...

Revalidation

A la sortie de l'hôpital, pour récupérer de l'autonomie, des séjours en cliniques spécialisées (Fraiture,...) ou en accueil temporaires en maison de repos sont possibles.

Aide psychologique: solitude, décès du conjoint… 

Mutuelle
Nr d'appels écoute (seniors, enfants...)

  • Besoin d’un soutien psychologique ou d’une entraide spécifique :

    Aidants Proches asbl 081/30.30.32

    Avec nos Ainés 081/77.67.33

    Le Bien Vieillir asbl : 081/65.87.00

    Respect Seniors 0800/ 30 330


Activités physiques

Il faut savoir qu'avec l'âge, la force musculaire diminue, ainsi que la capacité respiratoire et la masse osseuse. Les artères commencent à se durcir, les articulations perdent de leur souplesse.

Résultat : des maladies liées au vieillissement apparaissent comme l'hypertension artérielle, l'ostéoporose, le diabète, les maladies cardiaques et les maladies articulaires.

La plupart de ces maladies sont améliorées par l'activité physique puisque le sport renforce les os, préserve la respiration et le capital musculaire, diminue la pression artérielle, contrôle la prise de poids, améliore l'état mental sans oublier qu'il favorise la socialisation puisqu'il lutte contre l'isolement.

L'Inserm recommande aux plus de 65 ans de faire au minimum trente minutes d'exercice soutenu par jour. L'activité physique permet de réduire les risques de chutes, de maladies cardiovasculaires... Il s'agit aussi du meilleur moyen de conserver son autonomie et de préserver des liens sociaux.

Mais lorsqu'on avance en âge, mieux vaut prendre quelques précautions avant de se lancer tous azimuts dans la pratique d'un sport. Certaines caisses complémentaires de retraite proposent à leurs assurés "seniors" de passer des bilans médicaux et en fonction des résultats de pratiquer un sport adapté à leur état de santé.
L'exercice physique doit être moins intense et la récupération un peu plus longue.

Taï-chi, aquagym, vélo... les sports adaptés aux seniors ne manquent pas. L'un d'eux a vraiment le vent en poupe, c'est la marche nordique. Son principe est simple : il s'agit d'accentuer le mouvement naturel des bras pendant la marche et de propulser le corps vers l'avant à l'aide de deux bâtons qui permettent d'aller plus vite et plus loin.

Voir site allodocteur.

Quelques idées:

Je cours pour ma forme :
accessible à tous. But: remettre des personnes en mouvement. Il n'y a pas d limite d'âge.

Roule et Santé : programme de (re)mise en selle pour ceux qui en ont perdu l'habitude.





Handicap/Alzheimer

HANDICONTACT Ville de Namur 081/246326

LIGUE ALZHEIMER 0800/15225


Divers conseils

  • Attention à la dénutrition : limiter les sucreries et les matières grasses, privilégier les légumes et les fruits (5x/jour), les céréales et les produits laitiers (à chaque repas), la viande, les œufs ou le poisson : 1x/jour
  • Attention à la déshydratation car les personnes âgées ne ressentent plus la soif.
  • Pour faire livrer un repas à domicile, contacter le Service de Cohésion Sociale de la Ville de Namur .
  • A noter : le Confluent des Saveurs, un service de repas à domicile du CPAS de Namur : 081/33.74.14. Le prix est déterminé en fonction des revenus, il existe une grande variété de régimes alimentaires assurés et de conditionnements spécifiques (aliments mixés, viande découpée, en purée). Un accompagnement social est présent.
  • Pour se renseigner pour une garde-malade à domicile, une aide-soignante… ou pour recourir à un système de télévigilance, contacter votre mutuelle.
  • A savoir : une aide familiale s’occupe surtout du bien-être de la personne (écoute et conseils, aide éventuelle pour des démarches administratives, pour les courses, le repas…) alors qu’une aide-ménagère veille prioritairement à l’entretien et à la gestion du logement.
  • Pour en savoir plus sur le congé palliatif pour accompagner un proche ou sur un « Congé pour assistance médicale », contacter l’ONEM (081/23.50.80 ou www.onem.be)
  • Pour une alimentation saine :

    il est conseillé 
    • de consommer au moins 5 fruits ou légumes par jour, 
    • de boire suffisamment (1 litre 1/2 par jour, ceci prévient aussi les douleurs musculaires et articulaires),
    • de manger du pain complet, des produits laitiers, 
    • éviter la monotonie pour ne pas perdre l’appétit,
    • surveiller le poids, une augmentation constante de celui-ci peut être le signe d'une alimentation déséquilibrée, 
    • Il est Important de consommer aussi des fruits secs, du poisson, des avocats, voire des algues
    • Attention
      à l’alcool 
      aux sucres rapides (diabète de type 2)
      au tabac, sel, graisse (hypertension) 

  • Pour être en forme : sieste, un morceau de chocolat noir, pas plus de 2 à 3 tasses de café par jour
  • Conseils contre le stress
    La méditation
    La pleine conscience
    Faire quelque chose que l'on aime
    Eviter café, tabac et alcool
    Parler à quelqu'un
  • Si vous faites quelque chose de difficile (physiquement ou intellectuellement), faites des pauses
  • Appareils auditifs : ne pas s’appareiller trop tard…
    Si  suivre une conversation devient difficile, si on fait souvent répéter ou si on augmente régulièrement le volume, faire un test auditif chez un ORL, un audioprothésiste, un centre d’audition (c’est généralement gratuit)… 
    Renseignez-vous aussi près de votre mutuelle.
  • Autres opportunités pour bien s'informer:

    Cycles de conférences de la Mutualité Chrétienne : ici


Soins palliatifs

« Les soins palliatifs ne sont pas synonymes de mort mais plutôt de qualité de vie. Ils tentent de continuer à donner goût à la vie tant qu’elle est là, malgré la maladie incurable »
Les soins palliatifs, c’est quoi ?

Les soins palliatifs visent la qualité de vie des personnes atteintes d’une maladie grave et évolutive.

Ils rassemblent l’ensemble des soins et des traitements destinés à améliorer le bien-être physique, psychologique, social et spirituel des patients, par une approche pluridisciplinaire et personnalisée, afin de les aider à vivre aussi activement que possible jusqu’au bout.

Les soins palliatifs soutiennent également les proches dans les différentes étapes de la maladie et dans le processus de deuil.

Qui y a droit ?

Toute personne atteinte d’une maladie grave et évolutive sans guérison possible, quels que soient son âge, sa maladie, son lieu de vie ou son espérance de vie a droit, si tel est son souhait, à une approche palliative par son équipe de soins habituelle. Si ses besoins deviennent plus complexes, cette dernière se fera aider par une équipe spécialisée en soins palliatifs.


5 clichés sur les soins palliatifs !

1. Les soins palliatifs concernent uniquement la fin de vie : FAUX

Les progrès de la médecine font qu’on peut vivre plus longtemps aujourd’hui avec une maladie évolutive et incurable. Aborder anticipativement une discussion sur les choix de fin de vie, permet aux patients de préciser leurs priorités et d’envisager l’option palliative s’ils le souhaitent. L’objectif des soins palliatifs est d’améliorer la qualité de vie durant le temps qui reste à vivre. Ils aident les patients à vivre avec leur maladie aussi activement que possible, en réduisant leur souffrance, qu’elle soit physique, psychique, sociale ou existentielle. Il s’agit de rajouter de la vie aux jours lorsqu’on ne peut plus rajouter des jours à la vie.

2. Les soins palliatifs sont délivrés uniquement par des équipes spécialisées : FAUX

Dans la réalité, les soins palliatifs sont d’abord prodigués par l’équipe de soins habituelle du patient (médecin généraliste, médecin spécialiste, autres soignants) dans le lieu où celui-ci est soigné (domicile, MRS, hôpital, etc.). Ils sont intégrés au traitement de la maladie, en fonction l’évolution de celle-ci et des besoins et souhaits des patients. Lorsque les besoins deviennent plus complexes, cette équipe de base collabore avec des équipes spécialisées en soins palliatifs, qui apportent une expertise et un soutien complémentaire.


3. Les soins palliatifs ne concernent que les patients atteints de cancer et les personnes âgées : FAUX

Les soins palliatifs ne sont pas limités à la pathologie cancéreuse. Les patients atteints de maladies chroniques incurables et évolutives non-cancéreuses (p.ex. insuffisance cardiaque, rénale, démence) ont également des besoins de confort, d’écoute et le soutien.

De même, ils ne sont pas limités par l’âge. Ils concernent tout autant les enfants que les personnes âgées. Pour les enfants, il existe des programmes de soins palliatifs pédiatriques qui visent à accompagner les enfants, mais aussi leurs parents, y compris dans la phase du deuil.

4. Les soins palliatifs, c’est recevoir des antidouleurs puissants qui vous rendent dépendants : FAUX

La douleur est, à juste titre, un symptôme redouté par les patients. Elle comprend plusieurs dimensions : physique, bien sûr, mais aussi psychique, sociale et spirituelle. Elle nécessite une évaluation précise pour pouvoir prescrire le meilleur antidouleur à doses adéquates, mais aussi une écoute et une prise en charge globale, respectueuse des valeurs personnelles, sociales, culturelles. Lorsque la douleur est sévère, des antidouleurs puissants sont utilisés (p.ex. la morphine), en suivant des recommandations précises. De ce fait, ils ne provoquent en général pas les effets indésirables tant redoutés (sédation, dépendance, etc.).


5. Les soins palliatifs sont centrés uniquement sur les patients : FAUX

Les patients confient parfois ce sentiment d’être un fardeau pour leurs proches. Les soins palliatifs offrent une écoute et un soutien aux proches et aux aidants-proches, lors de la maladie, mais aussi lors du deuil. Ils concernent la société toute entière.



CONTACT : Gregory Vandendaelen : gregory.vandendaelen@gmail.com - 0491 739 777


www.bienplusquedessoins.be